Jeudi 24 : Bienvenue maître Orage

« C’est par ici, je vous en prie, installez-vous confortablement au centre du lac, on vous attendait. »

Fallait les voir les huiles du comité s’activer d’un coup, sentant que les affaires reprenaient.
Jamais vu autant de monde pressé de se jeter dans la gueule du loup et remercier le ciel de se faire matraquer sous peu. Si je savais de quoi je parle je serais tenté d’évoquer la loi de la relativité mais littéraire cette fois, et qui consiste à penser que les choses n’existent que par l’idée qu’on s’en fait.
Et paf, non mais !
Évidemment, dans la précipitation, certains canots ont connu quelques difficultés à quitter le quai dans le début de la tourmente et surtout ceux qui occupent provisoirement les places du bout du bout, là où les ondulations entremetteuses permettent aux mâts et sans notre autorisation de se faire quelques bécots croisés. L’effet est instantané, tout se mélange et pendant que les voiles claquent les équipiers s’énervent. Vu du quai, c’est toujours un régal.
Pendant ce temps la flotte progresse jusqu’au lieu du sacrifice…
Je ne sais pas si les champs magnétiques liés aux éclairs et coups de tonnerre associés ont boosté la carène rouge du bateau maison Kumpelka mais c’est bien lui qui a résisté à l’attaque des représentants de la RzeczypospolitejPolskiej pour franchir en vainqueur la ligne de la manche longue du championnat.
La course continue…