Mardi 22 : Annecy ou Hollywood ?

20170822_0Un mardi qui démarre sous les hospices bénis du soleil, du vent, et de ces contours rupestres qui continuent d’époustoufler les équipages étrangers. Que pouvions-nous espérer de plus que cet environnement de cinéma même si un peu d’attente est nécessaire au quai pour faire venir les conditions éoliennes salvatrices.
Au cinéma aussi les acteurs se plaignent de l’attente entre deux prises, pourquoi pas nous entre deux courses ?
On commence à deviner plus ou moins la configuration finale de ce championnat du monde. À savoir que ce sera difficile de coller aux fesses de quelques protos de l’Est si techniques, si précis et tellement entraînés. Tant pis, les outsiders s’emploieront à fouetter leurs montures de plus belle, on ne sait jamais un pur-sang de légende peut se révéler à l’occasion.
« N’oubliez pas vos éperons les garçons, une fois sur l’eau il faut faire avec le matos de bord. »
Les comédiens du western en cours sont repartis ce matin fourbus mais contents au large du quai de la SRV Annecy. Le régal est tel qu’on pourrait en oublier le classement. Foin d’un oubli de ce genre, les guerriers du stade aqueux ne vous passeront rien, sauf eux devant votre étrave.
Souvenez-vous :
« Dans la vie il y a deux sortes de gars, ceux qui creusent et ceux qui tiennent le révolver. »
Alors, qui creusent ?